Une aiguille dans une botte de foin

La semaine dernière, j’ai été interrompu par une urgence. Alors où en étais-je…
Ah oui! Je vous racontais ma visite à L’antre des milles et une chose.

Mon ami me présente donc le fameux Gérald. Un homme âgé, presque autant que le magasin, affublé d’une gigantesque barbe hirsute grisonnante cachant en partie son visage ridé.
J’explique à ce dernier la raison de ma venue, lui laissant un air à la fois songeur et amusé.

Il quitte soudainement son poste et se met à déambuler dans les rayons de son échoppe, saisissant au passage quelques ouvrages, les déposant sur son comptoir, fouinant encore et encore dans cet étonnant capharnaüm, feuilletant quelques livres, en empilant d’autres, agrandissant la pile qu’il vient créer, faisant tomber maladroitement certains de ces assemblage de papier.
Puis il revient calmement devant nous, il gribouille un morceau de papier qu’il me tend.
Il m’explique qu’il a déjà entendu parler des B’Stiols, que ce nom est mentionné quelque part, dans un écrit qu’il est sûr d’avoir eu. Mais l’a-t-il encore???…
Il me conseille alors de me rendre chez un de ses amis bouquiniste, dont il me donne l’adresse, espérant que celui-ci puissent m’aider.

20150114_110539Je me suis alors rends alors chez ce dernier, André de son petit nom, qui n’a jamais entendu de ces fameuses créatures. Il m’aiguille alors vers un antiquaire qui me dirige vers un collègue qui m’envoie vers un autre, puis un autre, et un autre…
Puis après avoir fait le tour des antiquaires de la région et laissé mes coordonnées partout, pour qu’ils me préviennent si le moindre article concernant de près ou loin les B’Stiols arrivait, je décide alors de rendre visite à quelques biologistes, naturalistes et autres spécialistes sans succès…

Commençant à désespérer, je me décidais de me changer les idées en me faisant une partie de « Zelda : Ocarina of time » tout en sirotant une bonne bière belge trappiste.
Le lendemain, vous contant mes péripéties, j’ai reçu un appel, vous vous rappelez?
C’était André. Ce bon vieux bouquiniste avait contacté certains de ces confrères pour les mettre au courant du dit grimoire, et qu’ils le préviennent de toute découverte. Mais toujours aucune piste.
Cependant, il me relate une légende de libraire qu’ils se racontent entre eux… Il se dit qu’il existe un vieux sage connaissant tout sur tout, sur l’univers et tout ça. Il y a bien longtemps ce vieux sage se serait terré au fin fond d’une forêt, devenant au fil des ans, misanthrope, acariâtre, imbuvable, asocial, aigri…
Il conclut en affirmant qu’il aurait retrouvé sa trace et qu’il m’attend en bas de chez moi…

Et voilà comment j’ai du partir en toute hâte durant plusieurs jours.

Sur ce, je vous laisse. Je dois retourner à mes recherches. La suite, la semaine prochaine.

A bientôt mes petits lutins!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s